La violence faite aux femmes, ces femmes battues que j'ai croisées dans mon métier de voyante

Jacqueline Sauvage

J’ai un peu délaissé ces derniers mois, je l’avoue, la rédaction de nouveaux articles pour mon blog « Petites et Grandes Histoires de Voyance et de Médiumnité ». Peut-être parce que j’avais le sentiment d’avoir parlé de beaucoup de choses au sujet de  mon métier de voyante dans les pages de mon livre « Journal d’une Voyante », et que j’ai eu besoin d’une période de décompression et de silence, afin de me recadrer, et de retrouver l’envie et le besoin d’écrire.

La libération hier de Jacqueline Sauvage et sa sortie de prison, le fait que cette femme puisse enfin retrouver ses filles, ses petits enfants, le sentiment que finalement une forme de justice (sans le grand J des Tribunaux, mais avec le petit j de la justice humaniste, de ce qui est juste) était enfin passée, m’a rappelée toutes ces femmes battues, violentées qui un jour m’avaient consultée.

J’ai moi-même subi la violence d’un homme, un homme avec lequel j’ai vécu, j’ai connu les non-dits, la honte, et les journées cachée derrière de grandes lunettes de soleil pour cacher les bleus de ses coups. Je n’ai pas porté plainte, je me suis tue, mais cette expérience personnelle m’a apportée une tolérance  (et une compréhension) vis-à-vis des femmes battues que je n’avais certainement pas avant d’avoir croisé les poings de ce bourreau.

Que recherche une femme battue lorsqu’elle consulte une voyante ?


La violence conjugale - Vais-je enfin être libérée de cet homme ?

Le bourreau est le mari, le compagnon. Elles vivent encore sous le même toit que lui, ou l’ont quitté, et n’ont qu’un espoir : pouvoir enfin se débarrasser définitivement de cet homme qui les bat, les humilie, les rudoie.
Il m’est même arrivé de sourire quand une de ses femmes me supplie : « Dites moi qu’il va mourir ? Attraper une maladie incurable ? Est-ce qu’une autre femme va le récupérer ? Vous ne le voyez pas avoir un accident de voiture ? ».
Oui beaucoup de ces femmes m’ont consultée, parfois en tentant de dissimuler ce qu’elles vivaient dans leur foyer, mais la violence conjugale est quelque chose qu’on capte très bien en voyance.
Certaines de mes consultantes ont choisi de partir vivre très loin de leur bourreau, d’autres ont espéré que des mesures restrictives allaient enfin les tenir hors de cette violence.
Certaines de mes consultantes ont repris la vie commune avec leur mari violent, et une de mes consultantes a préféré se suicider plutôt que d’en supporter plus. C’est d’elle dont j’ai envie de vous parler.

Elle est souvent venue me voir, toujours au sujet de son mari, pervers narcissique. Quand elle a rencontré cet homme et qu’elle m’a montré sa photo la première fois, j’ai vu comme un grand voile noir sur le visage de celui-ci et j’ai senti des douleurs insupportables au niveau de mes côtes. J’ai jeté la photo par terre et lui ai fermement dit « Surtout ne l’épousez pas ! ».Elle l’a bien entendu épousé, elle en était très amoureuse, et je ne l’ai pas revue pendant plusieurs années.
Un jour, elle reprend rendez-vous avec moi, je suis frappée par sa maigreur, par ses gestes saccadés, par son regard qui ne soutient plus le mien. Et la consultation de voyance n’a plus rien d’affective. Elle se met à pleurer dans mes bras, soulève son tee-shirt et je découvre ainsi les bleus sur son torse. Elle a porté plainte, elle est partie, il l’a convaincue de revenir, plus personne de son entourage ne la soutient ne soulignant que sa faiblesse et son manque de caractère. Je vais ainsi suivre son parcours d’épouse battue durant de longues années et je sais qu’un jour la mort lui semblera la seule libération possible. Un jour elle m’avait dit : « Seul un océan immense pourra absorber toutes ces larmes, tout ce sang ». C’est ce qu’elle a fait, elle s’est volontairement noyée.

La violence familiale - Va-t-il payer pour ce qu’il m’a fait ?

On revient à la question de la Justice, celle des Tribunaux, celle des services de Police.
Une fois la femme hors d’atteinte, ou en rupture avec son bourreau, ce dernier va-t-il être condamné pour ce qu’il a fait ? Va-t-on estimer, quantifier sa faute ?
La société va-t-elle acter de ce que cette femme battue a enduré ?
Beaucoup de femmes m’ont interrogée à ce sujet : « Le voyez vous faire de la prison, être condamné à des dommages et intérêts ? Est-ce que cela figurera à son casier judiciaire ? »
Il y a bien sûr aussi un souci de vengeance, de rendre les coups d’une autre manière.
Mais la Justice ne passe pas toujours. La consultation m’ayant le plus marquée en ce sens est celle d’une mère avec ses enfants tous cinquantenaires. Après des années de silence et de cohabitation avec leur bourreau (il battait la mère et avait violé chaque enfant, dont le fils), la famille avait saisi ensemble la Justice, avait enfin été à la Gendarmerie porter plainte.
Je me souviens de leurs visages quand tous assis face à moi je dus leur affirmer que cet homme ne ferait jamais de prison, et qu’il resterait libre, en toute impunité. Effectivement, les délais de prescription et l’absence de plaintes antérieures ont abouti au classement de l’affaire sans suite. Et l’homme est mort depuis, mais de vieillesse.

Aujourd’hui je pense à toutes ses femmes, je pense à celle qui a fui en Bretagne et qui y vit anonymement, je pense à celle qui a du quitter son commerce dans le Sud de la France et repartir de zéro, je pense à celle à qui le mari interdisait de défaire les cartons de déménagement sous peine de coups, je pense à celle dont le mari avait payé un tueur à gages pour éliminer l’épouse qui l’avait quitté, je pense à toutes ces femmes dont j’ai partagé le secret.

Et j’envoie une douce pensée à Jacqueline Sauvage.

© Nathaly Bloch







N.B :
Toutes les personnes citées dans mes articles existent, ou ont existé, et m’ont bel et bien consultée.
Cependant, par mesure de confidentialité, et afin que nul ne puisse les reconnaître, j’ai modifié leurs caractéristiques principales (prénoms, métiers, lieux…)
Toute similitude ou ressemblance flagrantes avec une personne existante ou ayant existé ne donc serait que pure coïncidence totalement indépendante de ma volonté. 


Commentaires

  1. Merci chère Nathaly pour cet article qui nous montre que ce fléau n'est hélas pas éradiqué... Il faut instruire les filles, leur donner les moyens de se défendre, et surtout de ne pas être victimes... le chemin est long, dans une société encore assez machiste... Myriam Matossi Noverraz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Myriam, j'aurais pu évoquer beaucoup d’expériences de voyance avec des femmes battues par leur conjoint, mais il est aussi question de continuer de les protéger.

      Supprimer
  2. Merci pour cet article. J'avais peur que vous abandonniez ce joli blog que je consulte depuis 2013 (peu avant de vous consulter, cette fois en "vrai"! hehe).
    En tant qu'homme, les violences et différents abus que subissent les femmes de la part de leur conjoint, déclenchera toujours chez moi une colère viscérale incontrôlable, mêlée à un sentiment d'impuissance. Je garde l'espoir qu'elles s'en sortiront, que tout est possible même le plus imprévisible, comme me l'a appris la vie ces dernières années :)


    Cordialement,

    B.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup B, non je n'ai pas abandonné mon blog rassurez vous. Bien cordialement

      Supprimer

Publier un commentaire