Santé, Maladie. Limites et utilité des prédictions de voyance en matière de Santé

Quand la Voyante est confrontée à un malade, à la maladie de son consultant

Je dis souvent qu’en tant que voyante je ne souhaite pas faire de diagnostic de santé.
En termes clairs, je ne pense pas que ce soit le rôle d’une voyante de se hasarder dans d’éventuelles prescriptions médicales, sensées favoriser une potentielle guérison.
La gestion de la Santé reste sous la responsabilité de la Médecine et du corps médical qui la compose.

Mais ne pas répondre à un malade, ou à quelqu’un qui va tomber malade serait fermer ma porte et mes visions à près de 2 personnes sur 5, parmi ceux et celles qui me consultent. Car malheureusement, il est fréquent que la maladie s’invite dans leur vie, ou dans celle d’un de leur proche.

Donc oui, au hasard d’une consultation de voyance, il m’arrive souvent de me retrouver confrontée à des prédictions touchant le domaine de la Santé, et je pense qu’il serait  hasardeux de ne pas les aborder, de ne pas informer la personne qui me consulte de sa maladie.

Il est compliqué de classifier mes expériences de voyante en matière de malades et de maladie(s).


Les maladies incurables, celles dont on ne guérit pas

Celui ou celle qui se sait déjà atteint d’une maladie incurable
J’ai parfois dans mes consultants des personnes souhaitant préparer au mieux le temps qui les sépare de leur propre mort, qui ont besoin de comprendre ce qu’ils n’ont pas encore eu le temps de comprendre, qui veulent savoir comment les choses vont se passer après leur décès.
Ce ne sont pas obligatoirement des séances de voyance tristes, ou lugubres, elles nécessitent d’être efficace dans ses prédictions, car le temps est compté,  le temps qui leur reste est précieux.
Mais parler de la mort d’une personne condamnée à mourir n’est pas toujours possible pour autant.

La petite fille de cet homme est atteinte d’une leucémie. Elle survit néanmoins depuis sa naissance et a du passer les 3 quarts de sa vie hospitalisée. Ce papa consulte beaucoup de voyants, c’est sa manière à lui de tenter de garder un espoir qu’il sait pourtant vain. Nous examinerons ensemble les moments de souffrance de sa fille, les trop brèves améliorations de son état de santé, Il m’en voudra de ne pas lui avoir annoncé la date de la mort de sa fille, qu’il savait pourtant imminente. Mais même pour une voyante aussi cash que moi, il était  impossible de prédire à un père la mort de son enfant adoré.


Ceux et celles qui ne savent pas encore qu’ils ont ou vont avoir une maladie incurable
Ils me consultent parfois pour tout autre chose, ou parfois même souhaitent parler avec moi d’une nouvelle douleur, de quelque chose qui commence à les inquiéter au niveau de leur santé.
Cette maladie incurable est alors comme une gifle reçue en pleine consultation de voyance, une gifle à laquelle on ne s’attend pas.
Non je n’ai jamais dit à quelqu’un qu’il ou elle était atteinte d’une maladie incurable, mais en blêmissant je les exhorte à aller très vite consulter un médecin.
Regarder le reste de leurs préoccupations devient alors impossible, je me sens comme dans un cas d’urgence sanitaire, j’ai envie de pleurer, je dois garder un visage détendu pour ne pas traumatiser le malade qui me fait face.
Oui il m’est arrivé de finir une consultation de voyance en sachant que la personne ne serait bientôt plus de ce Monde.



Ces maladies graves dont on guérit

Ceux et celles qui sont en rémission
Ils ont vécu la maladie, l’ont combattue et sont considérés comme aujourd’hui soignés.
Il y aura toujours lors de nos séances de voyance une angoisse latente, la personne qui me consulte interprétant mes silences,  mes intonations de voix comme d'éventuelles visions d’un retour de la maladie dans leur vie.
Je suis un peu comme la visite de contrôle à laquelle ils se plient déjà auprès de leur médecin traitant, ou du chirurgien qui les a opérés.

Ceux et celles qui ne se soignent pas encore
Ils peuvent ignorer être malades, ou sous-estimer l’urgence de consulter un médecin.
Ils me consultent souvent pour des thèmes n’ayant rien à voir avec leur santé, et parfois même ne souhaitent pas aborder ce domaine, par superstition ou par crainte.
Mais fort heureusement, dans ces cas précis, les informations m’arrivent et s’imposent à moi : cette personne doit se faire soigner et vite voir un médecin.

Claire me consulte essentiellement pour son travail. Grande, élancée et vive, elle déborde d’énergie. Un jour elle vient me consulter en boitant. « Rien de grave m’affirme-t-elle, je me suis tordue la cheville en tombant, bêtement, comme si quelqu’un m’avait poussé en avant, alors que j’étais seule Le médecin m’a bandée, il faut juste attendre que ça passe ». Nous commençons notre séance, parlons travail comme d’habitude et soudainement une certitude dont je n’arrive pas à me défaire. Je continue de voir sa jambe malade. Je la supplie d’aller vite passer une radio de contrôle, ce qu’elle fera rapidement car elle a confiance en moi. La radio détectera un cancer de l’os, elle se fera opérer à temps, et échappera ainsi à quelque chose qui aurait pu être beaucoup plus grave. Elle est aujourd’hui soignée et heureuse de l’être. Ce qui m’a fascinée dans cette histoire n’est pas ma vision, mais le fait que j’ai toujours pensé qu’elle n’était pas tombée par hasard, qu’un de ses défunts l’avait poussée pour qu’elle se blesse et soit ainsi obligée de passer une radio, la fameuse radio qui a détecté son cancer.


Ces maladies qui nous handicapent la vie

Allergies, troubles du sommeil, problèmes respiratoires, angoisses, mauvaise digestion

La liste est longue de tous ces bobos, de ces « petites » maladies qui nous pourrissent la vie.
Ceux qui me consultent à ce sujet ont souvent vu beaucoup de médecins, se sont même déjà tournés vers toutes les médecines alternatives possibles et inimaginables.
Et la maladie perdure sans qu’ils n’en comprennent ou la raison, ou la manière d’en guérir.
Certaines de ces maladies peuvent être somatiques (par exemple perte de cheveux, et même des sourcils), d’autres sont clairement organiques (impossibilité par exemple de digérer tel aliment).

La voyance devient un peu comme une enquête. Il faut cibler le malade et remonter jusqu’à la source, une source très souvent ignorée et donc quasiment indétectable.

Cette maman a tout fait pour éradiquer les allergies de son fils de 6 ans, qui a passé des batteries de test. Ils ont compris que cet enfant était allergique aux fruits et ont donc exclu cette catégorie d’aliments de sa nourriture. Mais le garçon continue de souffrir d’allergies et son corps est recouvert de plaques rouges, douloureuses et disgracieuses. La maman à bout de nerfs vient de province avec son fils pour me consulter. Tous les deux m’affirment que ne touchant aucun fruit de près ou de loin l’allergie vient de tout autre chose. Je capte en vision le garçon avec un verre de liquide orange. « Tu bois du jus d’abricot ? » Sa mère intervient « Bien sûr que non ! Mais moi oui, chaque matin ». Je lançais un regard complice au petit garçon, qui chaque matin dès que sa mère avait le dos tourné plongeait ses lèvres dans le fameux jus d’abricot ». Bon depuis, il va beaucoup mieux et sa mère a banni le jus d’abricot de ses petits déjeuners… 

La voyance ne trouve pas toujours la solution pour apaiser ou détecter les soins possibles à ces maladies non graves, mais ô combien handicapantes.



Comment une voyante capte-t-elle une maladie ?

Il y a plusieurs manières de ressentir une maladie en voyance :

On peut la ressentir avec son propre corps, on ressent alors une douleur ciblée, comme un coup de poignard ou un coup de poing.

On peut la voir, avoir une vision comme zoomée sur l’organe malade.

On peut visualiser le mot de la maladie, ou de la spécialité médicale apte à la soigner. Voir des mots défiler ainsi devant nous.

On peut entendre parfois un véritable diagnostic, avec les détails de cette maladie.

En fait ces informations nous arrivent par tous les canaux de voyance possibles : clairaudience (on entend) , claivoyance (on voit) , on ressent, on sent…



J’avoue que pour une voyante prédire sur les questions de santé est angoissant et  traumatisant, mais qu’il faut parfois savoir le faire.

La voyante devient alors un peu comme la chargée de l’accueil d’un hôpital : elle vous écoute, elle vous redirige vers le bon service, mais elle ne vous soigne pas.


© Nathaly Bloch

N.B :
Toutes les personnes citées dans mes articles existent, ou ont existé, et m’ont bel et bien consultée.
Cependant, par mesure de confidentialité, et afin que nul ne puisse les reconnaître, j’ai modifié leurs caractéristiques principales (prénoms, métiers, lieux…)
Toute similitude ou ressemblance flagrantes avec une personne existante ou ayant existé ne donc serait que pure coïncidence totalement indépendante de ma volonté. 

Commentaires