SECRETS DE FAMILLE, BLESSURES TRANSGÉNÉRATIONNELLES

Quand la Voyance mène son enquête au cœur des non-dits des défunts
Freud a écrit : « l'hérédité archaïque de l'homme ne comporte pas que des prédispositions, mais aussi des contenus idéatifs, des traces mnésiques qu'ont laissées les expériences faites par les générations antérieures. De cette manière la portée aussi bien que la signification de l'hérédité archaïque se trouveraient accrues de façon notable ».
(Moïse et le monothéisme)

En termes plus clairs, nous portons souvent en nous (transmis de manière consciente ou inconsciente et de génération en génération)  les blessures et les secrets de nos ancêtres, de nos aïeux, de nos ascendants. Un peu comme une chaîne de fatalité.
Régulièrement, mes consultants m’interrogent ainsi sur leur passé familial, et il peut nous arriver de remonter le temps sur plus d’un siècle, afin de comprendre quel est cet héritage psycho-transgénérationnel qui pèse ainsi sur leur vie.
Il existe 2 types de transmission familiale :
-        la transmission intergénérationnelle (entre générations se connaissant)
Son contenu est clair, connu et consciemment transmis.
-   la transmission transgénérationnelle (sur plusieurs générations parfois lointaines)  d’un traumatisme encore vivace. Son contenu est  secret, caché, non dit, inconnu et est transmis de manière inconsciente.

Alors comment la voyance/la médiumnité peut-elle lever le voile sur d’anciens secrets de famille enfouis ?
Il s’agira bien entendu d’interroger les morts concernés, du moins ceux qui veulent bien parler, car un secret de famille résiste au temps, et celui qui en est à l’origine, même s'il est décédé depuis fort longtemps n’aura pas plus envie qu’il soit aujourd’hui dévoilé que par le passé.

Il faut souvent beaucoup d’obstination au médium que je suis pour obtenir des bribes de réponse.  Il faut amadouer le défunt, créer un climat de confiance entre lui et son descendant qui s’interroge/l’interroge, il faut le convaincre que l’on ne fera pas n’importe quoi des secrets qu’il va nous révéler.

Et quand la vérité éclate, traversant ainsi des générations de silences ou de mensonges, le vivant qui me fait face comprend enfin la vraie nature de son héritage familial.
Une femme régulièrement trompée peut ainsi découvrir qu’elle reproduit le mécanisme des infidélités d’un arrière grand-père, un homme qui a maladivement peur de l’eau peut comprendre qu’on lui a caché l’existence d’un ancêtre qui est mort noyé.

Ces enquêtes médiumniques transgénérationnelles sont souvent parsemées de surprises et de révélations édifiantes et s’articulent principalement autour de 3 grands thèmes :

1.   Qui est le père ? Qui est la mère ?
C’est comme une évidence qu’on porte en soi, sans pouvoir l’expliquer : je pense que mon grand-père « officiel » n’était pas mon vrai grand-père, je pense que cette tante a été adoptée…
Il est alors question de la filiation, des liens du sang, de comprendre pourquoi on a le sentiment de ne pas faire partie de cette famille, d’être comme une « pièce rapportée ».

2.   Quelles sont les conditions du décès de cet ancêtre ?
Un nuage de mystère entoure la mort d’un ancêtre, peut-être cela cache-t-il quelque chose d’inavouable, ou une erreur de jugement (exemple ; la mort déclarée naturelle sera ainsi un empoisonnement, une personne prétendue morte sera finalement restée en vie des années après…)

3.   Quel est le secret familial de cet ancêtre (religion, inceste, événement grave…) dont j’ai inconsciemment hérité ?
Mon livre « Journal d’une Voyante » parle ainsi d’un secret de famille (origines) qui me sera révélée par ma grand-mère paternelle, une fois celle-ci défunte.
Beaucoup de gens portent en eux un secret familial, transmis de génération en génération, qu’il soit question d’une religion cachée, d’un crime impuni, de violence familiale ou d’abus sexuels, c’est comme une pierre qu’on traîne derrière soi, sans savoir d’où elle vient.
Ce genre d’enquête médiumnique n’a rien de rare, et il y a des périodes où beaucoup de gens m’interrogent au sujet de ces secrets transgénérationnels dont ils ont sans le vouloir hérité, et dont ils souhaitent se libérer au plus vite pour mener (enfin) leur propre chemin de vie.

Mais comme je l’ai indiqué plus en avant, quand le défunt concerné (ou ceux qui ont eu accès à son secret) refuse de parler, le vivant devra continuer sa route sans savoir quel est ce poids qui n’est pas le sien, quel est ce cadeau transgénérationnel empoisonné dont son ancêtre l’a encombré….

© Nathaly Bloch


Commentaires