FAIRE FACE A LA MORT D’UN PROCHE – QUAND LA MEDIUMNITE PERMET DE COMMUNIQUER AVEC SES PROPRES FANTOMES

Mon petit lexique de réponses à vos diverses questions techniques, éthiques ou plus philosophales au sujet de vos revenants

 
Selon Wikipédia :Un fantôme est une apparition, une vision ou une illusion interprétée comme la manifestation surnaturelle d'une personne décédée. Les fantômes sont également appelés revenants, spectres ou, plus rarement, ombres. Toutefois les termes ne sont pas rigoureusement synonymes : un revenant est l'apparition d'un mort connu, dans une apparence identique à celle qu'il avait de son vivant et qui se comporte comme un vivant, tandis qu'un fantôme est une image floue, lumineuse, brumeuse et inconsistante, qui paraît flotter au-dessus du sol. 

La médiumnité est la faculté extrasensorielle de communiquer avec les personnes décédées. Dans les faits, beaucoup de gens ont cette capacité, mais souvent l’ignorent ou préfèrent l’ignorer.

La médiumnité (séance de communication avec l’au-delà) n’est pas mon activité principale. Je suis voyante avant tout : je prédis l’avenir. Mais je sais que les informations qui me sont communiquées sur le futur le sont systématiquement par un défunt proche de la personne qui me consulte. Du moins cela a toujours été ma conviction profonde. Et beaucoup d’indications dévoilées lors de séances de voyance me l’ont prouvé : un défunt est toujours présent pour me guider.

Très souvent lors de mes consultations de voyance, la médiumnité s’invite au détour d’une question au sujet d’un proche décédé. Et alors, très naturellement, la communication entre le défunt et moi s’établit et permet d’éclairer beaucoup de zones d’ombre autour de sa vie passée, au sujet des circonstances de son décès et plus paradoxalement sur des événements s’étant déroulés après sa mort.

Ces « conversations » deviennent alors de véritables petites enquêtes qui me passionnent réellement. Mais passer mes journées à n’être que l’axe de communication entre un vivant qui souffre de l’absence du disparu et son proche défunt, non je ne le souhaite en aucun cas.

Je parle avec les morts sans aucune appréhension. Mais je ne me sens pas la force de porter toute la souffrance de ces deuils en permanence, même si je sais à quel point ces séances de communication avec l’au-delà peuvent être libératoires pour celui qui est encore sur Terre.

Cet article est certainement le plus personnel (ou d'actualité) que je vais écrire puisque je viens moi-même de perdre mon père et qu’appréhender la médiumnité avec quelqu’un qui me fut aussi proche se révèle pour moi aussi d’une grande complexité, même pour le médium que je suis. Je me pose à nouveau les mêmes questions techniques que mes consultants me posent traditionnellement. Ce décès balaie beaucoup de mes anciennes certitudes et je me retrouve avec la même fragilité qu’un novice face à l’au-delà. 

Ces dernières mois, alors que la mort tournait autour de moi et des miens, jamais mes consultants ne m’ont posé autant de questions sur leurs proches décédés, et n’ont jamais autant demandé d’entrer en communication directe avec leur défunt. C’est toute l’étrangeté des coïncidences et de ce que l’on nomme communément « la loi des séries ».
Ce besoin primal, animal, de pouvoir/vouloir encore parler avec celui qui n’est plus m’a donné envie d’écrire ce nouvel article sur la médiumnité, afin qu’il soit si possible complémentaire des précédents.

J’ai déjà écrit beaucoup d’autres textes au sujet de mes conversations avec des personnes défuntes pour ce blog: 



Il n’est pas question pour moi ré aborder ici ces mêmes thèmes. J’écris aujourd’hui pour tenter de répondre aux questions rituelles (en les listant ci-après) que me posent régulièrement ceux et celles qui souhaitent communiquer directement avec leurs propres fantômes. 

Bien entendu, mes réponses n’engagent que moi et ne sont éclairées que par ma propre expérience en la matière. Voici donc quelques questions que beaucoup me posent au sujet de ce qu’ils nomment le « spiritisme ». 


Peut-on communiquer avec tous ses défunts ?
Oui vous pouvez bien entendu tenter d’établir le contact, rien ne vous en empêche. Si la communication ne s’établit pas, vous le sentirez très rapidement : aucun signe de présence.

Est-ce que tout le monde est en mesure de parler avec un défunt ?
Si beaucoup ont l’envie de continuer ce dialogue après la mort, nombreux restent dans le doute et ne savent pas interpréter les signes. Et si il est facile de parler à son défunt, peu de gens ont, par exemple comme moi depuis mon enfance, le don d’entendre les voix/les paroles des disparus. Mais les signes de présence seront là pour vous réconforter et vous confirmer que votre défunt est bien auprès de vous. Donc n’hésitez jamais à lui parler si vous en ressentez le besoin. 


Pourquoi est-ce que je ne sens jamais aucune présence lorsque je parle avec mon disparu ?
Probablement parce que votre défunt n’est pas auprès de vous. En effet, si il existe des gens qui ne perçoivent pas de présences, tout simplement parce qu’ils n’y prennent pas garde, ou qu’ils ne sont pas dans cette ouverture d’esprit avec l’au-delà. Il est peu probable que quelqu’un qui soit clairement dans cette démarche délibérée de communication avec un défunt ne reçoive aucun signe. Peut-être est-ce trop tôt (si le défunt vient de décéder), réessayez plus tard et si votre défunt ne se manifeste toujours pas, faites-vous une raison, continuez de lui parler dans attendre de réponse de sa part. Il vous entend et vous écoute probablement. 

Appeler un mort pour lui parler est-ce le déranger ?
Le déranger non je ne pense pas (car aucun défunt ne se sent dans l’obligation de vous répondre). Mais l’empêcher de trouver le repos dit éternel, oui cela peut être le cas. Si votre besoin de communication est trop répétitif, intrusif, ou que vous demandez à votre défunt d’affronter vos problèmes à votre place, vous risquez en effet de le lasser. Une séance de communication avec votre mort doit garder un caractère exceptionnel, un moment magique. A trop en user, vous risquez de perdre le contact tout simplement. 

Une fois qu’un mort est apaisé, est-il impossible de continuer à l’appeler ?
Cette croyance répond à une fausse théorie (selon moi) : les défunts encore présents (en suspens) sont ceux qui n’ont pas trouvé le repos et les défunts ayant trouvé toutes leurs réponses sur terre remontent fatalement dans l’au-delà pour ne plus jamais s’en extraire.
Tous ceux ayant effectué des séances de spiritisme avec des défunts célèbres, morts depuis très longtemps, peuvent en témoigner : il n’existe aucune date de péremption pour une séance de communication avec votre défunt. Il peut se manifester des décennies après sa mort pour vous envoyer un message. 

Communiquer avec son défunt est-ce l’empêcher de remonter ?
En général non. Une communication avec le Monde des vivants est souvent pour le défunt comme un moment de récréation et de retrouvailles avec ceux qu’il aime.
Mais il existe des morts se sentant encore (à tort ?) responsables de leurs vivants, ou culpabilisant vis-à-vis d’eux, qui vont rester ainsi à leurs côtés tant que leurs problèmes ne seront pas réglés. Cela donne souvent des présences dérangeantes, car presque constantes. Je pense que le devoir d’un vivant est de permettre à son défunt de couper avec le terrestre. Alors oui, trop demander à son défunt, c’est un petit peu l’empêcher « de remonter ».



Est-ce parfois dangereux de communiquer avec un défunt ?
Une séance de spiritisme n’est pas en soi dangereuse. Surtout quand il s’agit de parler avec un proche aimé. Votre défunt n’est pas devenu un monstre sanguinaire en ralliant l’au-delà.
Par contre, en ouvrant ces canaux de communication avec « le royaume des morts », vous risquez en effet d’amener à vos côtés d’autres présences inconnues, non désirées cette fois. Donc si vous sentez que la personne qui se manifeste semble un peu agressive, interrompez immédiatement et fermement la communication. Pour ma part, je lui/leur demande à haute voix de partir en effectuant un bruit sec (claquer un porte par exemple).

Est-ce « pêché » de communiquer avec ses morts ?
Je suis toujours surprise que certaines religions, croyant pour la plupart en la vie dans l’au-delà, à la survie de l’âme, voir à la réincarnation, affirment un tel illogisme : si il existe bien une vie après la mort, il n’y a aucun raison pour que ces défunts ne puissent communiquer avec les vivants, et réciproquement.
Alors non je pense qu’aucune religion/croyance ne peut vous interdire de parler avec votre défunt.

Votre défunt va-t-il toujours vous dire la vérité ?
Non aucunement. Je ne pense pas qu’un mort soit dorénavant auréolé d’une totale honnêteté. La mort ne nous transforme pas en anges divins, incapables de mentir.
Le défunt reste là-haut tel qu’il était sur terre. Si votre défunt était un fieffé menteur, il continuera de vous mentir. Si votre défunt avait toujours peur de vous blesser, il continuera de vous mentir pour vous ménager.


Un défunt peut-il refuser de répondre à certaines questions ?
Oui les morts refusent souvent d’aborder certaines questions, et donc d’y répondre. Inutile alors d’insister car vous risqueriez de les éloigner de vous. 

Existe-t-il des morts qui ne souhaitent pas (refusent) de communiquer avec leurs vivants ?
Oui en effet, il existe des défunts qui refusent d’établir un dialogue après leur mort et restent inexorablement silencieux et qui ne manifestent jamais leur présence même dans vos pires moments de tristesse. C’est ainsi. J’imagine que certains morts considèrent avoir suffisamment œuvré lors de leur vivant. Il existe aussi des morts qui continuent d’alimenter leur rancune vis-à-vis de certains proches au-delà de leur mort  Le silence devient alors leur pire mépris.

Bien entendu, je dédie l'article de ce blog à mon père, et à nos longues conversations qui continueront bien après sa mort
© Nathaly Bloch


Commentaires

  1. Bonjour Nataly,
    Votre article m'a profondément ému, moi qui n'ai pas pu me rendre à l'enterrement de mon père pour un problème de santé, il ne s'écoule pas un jour sans que je ne pense à lui

    Bien Sincèrement.

    Henry.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Henry, J'ai écrit cet article un mois après le décès de mon père, me retrouvant submergée par un flot de questions, moi qui pensais tout comprendre du lien entre ce Monde et celui de l'au-delà...Concernant l'absence aux obsèques de votre père, il a bien entendu dû comprendre les raisons de votre absence. Par contre il est vrai que ces moments d'adieu participent à l'élaboration de notre deuil....

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Nathaly, merci de votre réponse qui contribue à me rassurer un peu. Ce qui est troublant, c'est que j'ai de plus en plus une approche similaire, concernant mon ressenti des événements et des gens. D'autre part, ceux qui l'ont bien connu trouvent la ressemblance physique troublante.

    Cordialement.

    Henry

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Nathaly, votre blog est vraiment très intéressant et très instructif.
    Je voudrais savoir s'il est dangereux de faire une séance de spiritisme seule afin de tenter un contact avec ma mère adoptive partie il y a quelques mois.
    cordialement.
    Laetitia

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Laetitia. Non je ne pense pas qu'essayer de communiquer avec son défunt soit "dangereux". Tout dépend de votre émotivité et de votre capacité à digérer cet échange entre un vivant (vous) et un défunt (votre maman adoptive). De plus, si votre maman a envie ou besoin de communiquer, j'imagine que vous n'aurez pas besoin d'entrer dans une démarche de spiritisme solennel. Les signes viendront naturellement et de manière subtile. Bien à vous, Nathaly

    RépondreSupprimer
  8. Merci de votre réponse.
    En fait, je rêve très souvent d'elle mais elle ne me dit rien de particulier. Dans mes rêves je suis toujours surprise et émue de la voir alors je ne pense pas à lui parler de ce qui me préoccupe...
    Je n'ai aucun autre signe dans ma vie de tous les jours alors je pensais au spiritisme.
    Je crois que c'est plutôt moi qui ai besoin de communiquer avec elle et pas l'inverse....
    Merci pour vos conseils.
    Laetitia

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire